Nos tutelles

Nos partenaires

Rechercher




Accueil du site > Séminaires LNC > séminaires à venir (upcoming seminars)

Thèse C. Meckler

Thèse de Neurosciences, le jeudi 16 décembre 2010, 14h00, Centre Saint-Charles, Pôle 3 C, Laboratoire de Neurobiologie de la Cognition, salles des voûtes.

Supervision proactive et réactive de l’action dans les activités sensorimotrices chez l’Homme : études comportementales et électrophysiologiques

Résumé

La supervision de l’action lors des activités sensorimotrices sous pression temporelle chez l’Homme s’articule en au moins deux mécanismes distincts : l’un proactif et l’autre réactif, c’est-à-dire avant et après le début d’exécution de la réponse. Par analyses comportementales et électrophysiologiques, nous avons tenté de mieux comprendre ces deux mécanismes. Une activité électroencéphalographique évoquée par la réponse et sensible à la qualité de celle-ci, apparaît comme la signature du mécanisme réactif d’un système superviseur. Dans une première étude, nous nous sommes efforcés de valider l’idée que ce système se fonde sur le niveau de confiance attribué à la procédure de la chaîne de traitement aboutissant à la réponse en cours, puis dans une deuxième et troisième études, que sa compétence s’étend à d’autres paramètres que l’effecteur, par exemple à des paramètres continus tels la force de la réponse à produire et sa durée. Aussi bien impliqué dans la supervision évènementielle que temporelle, ce système est donc générique. Il agit également de façon proactive : en inhibant le cortex moteur primaire qui commande l’effecteur à ne pas activer, il semble prendre les dispositions nécessaires pour prévenir une erreur. Nous avons montré qu’il existe en effet une relation directe entre le risque d’erreur et l’intensité de l’inhibition. Nos résultats sont conformes à l’idée selon laquelle le système superviseur opère en deux temps : la supervision proactive aurait comme fonction d’éviter que l’erreur ne soit commise et, en cas d’échec de cette mesure préventive, la supervision réactive permettrait de détecter l’erreur, parfois même de la rattraper avant qu’elle ne soit commise.

Mots-clefs : Système superviseur, Programme moteur, Erreur, Temps de Réaction (TR), Electromyographie (EMG), Potentiels Evoqués (PE), Transformation Laplacienne, Négativité d’erreur (Ne)