Nos tutelles

Nos partenaires

Rechercher




Accueil du site > Séminaires LNC > séminaires à venir (upcoming seminars)

Seminaire LNC : Stéphane Besnard

Stéphane Besnard Mobilités : Cognition et Temporalité, INSERM & Université de Caen

Titre : Rôle des informations sensorielles vestibulaires dans les processus de mémorisation spatiale

Chez le rongeur, une perte du système vestibulaire périphérique induit des dysfonctionnements des « cellules de lieu » dans l’hippocampe et perturbe l’apprentissage spatial. (Stackman RW et Taude JS. 1996). Ainsi si les informations visuelles sont essentielles à ces neurones hippocampiques, les informations vestibulaires semblent contribuer à l’intégration d’informations spatiales dans l’hippocampe. (Liu P. et al. 2003). Il a été envisagé que le rôle du système vestibulaire dans l’orientation spatiale et celui de l’hippocampe qui encode la localisation et les types d’éléments de notre environnement dans l’espace (Zheng Y. et al. ; 2004) soient aussi impliqués. La première étude réalisée chez des sujets aréflexiques vestibulaire a montré un déficit de mémoire spatiale et une atrophie par IRM de la partie dorsale de l’hippocampe de près de 17% (Brandt et al. 2005). Chez le rongeur la lésion du système vestibulaire induisait également un déficit de mémoire spatiale (Smith PF et al. 2005). Cependant toutes les études rongeurs se basaient sur un modèle de lésion bilatérale en un seul temps induisant un syndrome vestibulaire permanent et obligeant à simplifier les protocoles de tests de mémoire spatial. Nous avons donc travaillé sur un modèle de lésion en deux temps laissant un temps de compensation vestibulaire. Ce modèle nous a permis de démontrer sur des taches de mémorisation spatiale plus complexe que les informations vestibulaire jouaient bien un rôle majeur dans la mémorisation de notre environnement. Nous avons aussi confirmé l’implication des récepteurs au glutamate NMDA au sein de l’hippocampe (Besnard et al. 2011). Plusieurs cibles cérébrales doivent être explorées par neuroanatomie et électrophysiologie à différents étages (cérébelleux, enthorinal, striatal, hippocampique) pour mieux élucider le rôle de ces informations vestibulaires dans les processus de mémorisation.