GUILLEBAUD Florent

Onglets principaux

florent.GUILLEBAUD@univ-amu.fr
04 91 28 81 99

Equipe(s) de recherche

Cerveau, obésité et déséquilibre alimentaire

Localisation

Faculté de St Jérôme

Fonctions

Le surpoids concerne aujourd’hui 1,4 milliard de personnes adultes dans le monde et fait chaque année 2,8 millions de victimes. D’ici 2030, le nombre de personne atteintes devrait dépasser les 3,3 milliards (sources OMS). Cette pathologie doit son développement à une combinaison de facteurs environnementaux, sociétaux, psychologiques ou génétiques. Pour lutter contre cette maladie, la compréhension des mécanismes qui sous-tendent le développement d’une obésité est essentielle. Dans ce contexte, l’objectif de ma thèse est de montrer que les cellules gliales contribuent à la régulation de la prise alimentaire et qu’une altération de leur fonctionnement pourrait participer au développement de l’obésité. Les cellules gliales aident les neurones à transmettre leurs informations en leur fournissant l’énergie nécessaire et en structurant le tissu cérébral. Les cellules gliales peuvent aussi et c’est là une de leurs fonctions découverte récemment, participer activement à la communication neuronale. Au cours de ma thèse, j’ai pu montrer qu’une administration d’un composé produit naturellement par ces cellules, dont l’expression est diminuée au cours d’une obésité, fait maigrir des souris rendues obèses par l’alimentation. Toutefois comment les cellules gliales peuvent libérer des composés agissant sur l’appétit ? Cette libération est-elle altérée chez les obèses ? Pour répondre à ces questions, j’ai testé l’hypothèse d’une libération via des canaux Connexine 43. Pour cela, je développe une lignée de souris transgénique dont l’ADN a été modifié pour ne plus produire la protéine Connexine 43, uniquement dans les cellules gliales de l’hypothalamus et du bulbe rachidien, deux zones du cerveau qui contrôle l’appétit. Ces animaux seront soumis à un régime alimentaire gras pour étudier leur propension à développer une obésité. La modulation de l’activité de ces cellules gliales pourrait ainsi à terme ouvrir de nouvelles perspectives thérapeutiques pour lutter contre l’obésité.

Domaines de recherche

Neurosciences - Physiologie

Homéostasie énergétique, glie, obésité, prise alimentaire, hypothalamus, tronc cérébral, astrocytes, tanycytes, vagliocytes, gliotransmetteurs, connexines, endozépines, microglie

Enseignements

Moniteur à Aix-Marseille Université, département de Biologie, UFR Sciences (2015-2018)

Physiologie animale, Neurosciences, Biochimie

Publications in HAL

Aucun résultat