Attention, chronométrie et dynamique cérébrale - ACDC

Opitimiser le comportement par des processus de contrôle cognitif adaptés

Responsable d'équipe

Thématiques

Nos recherches s’organisent selon deux axes distincts mais néanmoins étroitement intriqués, intrication qui reflète une communauté thématique et épistémologique. Nous cherchons è répondre aux questions suivantes : (1) Comment se déroulent, dans le temps et les structures anatomiques, les opérations effectuées par le système nerveux ? (2) Quelles sont les bases neurales du traitement de l’information temporelle ? Bien qu’étroitement liés, ces deux axes de recherche ont leur autonomie et leur dynamique propre.

(1) Les recherches conduites dans la première direction sont appelées à élucider les caractéristiques temporelles et anatomiques du flux de l’information sensorimotrice. Il s’agit donc de déterminer à quels moments (à l’échelle de la milliseconde) et dans quelles structures (macro et micro-anatomiques) sont effectuées les opérations qui permettent au système nerveux de réagir de fa¸n adaptée à un stimulus environnemental. Nos travaux ambitionnent en particulier d’apporter un éclairage nouveau à l’alternative d’une organisation parallèle (synchrone) ou séquentielle (asynchrone) du traitement de l’information.

(2) Les recherches conduites dans la seconde direction sont destinées à tester l’hypothèse selon laquelle l’évaluation du temps subjectif dépend d’un "horloge interne", c’est-à-dire d’un oscillateur neural à haute fréquence. L’intégration ou le comptage des impulsions d’un tel oscillateur par les structures nerveuses dont nous enregistrons l’activité pourrait constituer le mécanisme de base de la mesure du temps subjectif.

 

Dispositifs et matériels expérimentaux

Du point de vue méthodologique, nos recherches combinent des méthodes comportementales, neurophysiologiques et neuropharmacologiques, chez l’homme et chez le rat. Du point de vue comportemental, nous utilisons soit des protocoles de temps de réaction, soit des protocoles de psychophysique. Dans ce cadre comportemental, nous analysons notamment les distributions statistiques d’intervalles temporels et mettons à profit les techniques d’électromyographie, d’électroencéphalographie (approximation du Laplacien de surface), de réflexologie (réflexes monosynaptiques et transcorticaux), de stimulation magnétique transcrânienne, d’analyse de l’activité neuronale unitaire, d’imagerie cérébrale (IRMf, PET) et de psychopharmacologie (systèmique). Le développement de collaborations avec d’autres équipes de l’IFR vient complèter cette approche grâce à l’analyse du corticogramme (B. Poucet, LNC), aux méthodes de neuropharmacologie in situ (M. Amalric, LNC) et de micro-électromyographie (C. Rossi-Durand et A. Schmied, P3M).

Ressources

Nature