étudier les bases neurales des processus cognitifs, grâce à l’analyse du comportement et de l’activité cérébrale

Prochains séminaires

14 mai 2018

Falk Huettig (Max Planck Institute for Psycholinguistics, the Netherlands)

Title: The culturally co-opted mind and brain

 

Abstract: Reading as a recent cultural invention has not been shaped by evolutionary processes and thus must make use of cognitive systems and brain networks which are either domain-general or have evolved for other purposes. Research on the effect of literacy thus is a powerful tool to investigate how cultural inventions impact on cognition and brain functioning. During my talk, will draw on evidence from both behavioural experiments and neurobiological studies. In the first half of the talk, I will present the results of a series of visual world eye-tracking studies in which we found that illiterates, less proficient young readers, and adults with dyslexia show similar delays in language-mediated anticipatory eye movements. I will discuss potential primary influences of reading that may underlie these effects of literacy on ‘speech prediction’. In the second part of the talk, I will present the results of a longitudinal study with completely illiterate participants, in which we measured brain responses to speech, text, and other categories of visual stimuli with fMRI (as well as resting state activity and structural brain differences) before and after a group of illiterate participants in India completed a literacy training program in which they learned to read and write Devanagari script. A literate and an illiterate no-training control group were matched to the training group in terms of socioeconomic background and were recruited from the same societal community in two villages of a rural area near Lucknow, India. This design permitted investigating effects of literacy cross-sectionally across groups before training (N=86) as well as longitudinally (training group N=25). Our findings crucially complement current neurobiological concepts of normal and impaired literacy acquisition and highlight the need for the inclusion of diverse participant populations in psychological and neurobiological research.

28 mai 2018

CATHERINE AGATHOS (Aging in Vision and Action Lab – Silversight Research Chair, Institut de la Vision, CNRS - INSERM - Sorbonne Université)

Examen de la dépendance visuelle et de l’exploitation des informations visuelles dans le contrôle postural et les capacités de navigation des seniors

Résumé : Le vieillissement sain se caractérise par un déclin de nombreuses habilités perceptives, cognitives et motrices. Parmi ces atteintes, les personnes âgées se plaignent particulièrement de difficultés sensorimotrices et de la perte d’autonomie qui en résulte, évoquant notamment le risque de chute. Le contrôle postural et la navigation spatiale impliquent l'intégration d'informations sensorielles (visuelles, vestibulaires, kinesthésiques) associés à diverses fonctions exécutives (e.g. attention, planification, mémoire). Les signaux sensoriels doivent être pondérés en fonction de l'environnement et des exigences de la tâche motrice (par exemple en se déplaçant dans un environnement encombré ou sur des surfaces instables) afin de maximiser leur fiabilité en modulant leur contribution au contrôle postural. Parmi les facteurs contribuant aux risques des seniors dans la vie quotidienne, l’augmentation de la dépendance aux indices visuels semble jouer un rôle important. En effet, les seniors se fient davantage aux informations visuelles pour ajuster leur contrôle postural, notamment par rapport à la surface du sol (Agathos et al., 2017a). Cependant, la dépendance visuelle implique aussi un manque d'adaptabilité (Isableu et al., 2010) et une exploitation des indices visuels qui n’est pas toujours optimale. A cela s’ajoutent les difficultés des seniors à ignorer les informations visuelles non pertinentes (Agathos et al., 2015). Enfin, ces difficultés sont encore exacerbées dans les environnements peu familiers, complexes et dynamiques. Face à de tels défis, la dépendance visuelle des personnes âgées entraîne des altérations posturales ceux-ci adoptant des stratégies plus rigides (Agathos et al., 2017b), qui peuvent augmenter le risque de chute (Barr et al., 2016). Cependant, de manière contre-intuitive, les seniors sont moins aptes à utiliser des repères visuels de leur environnement pour se réorienter. En effet, les travaux menés dans notre laboratoire démontrent qu’ils utiliseraient préférentiellement la géométrie de l’environnement pour se réorienter et ont tendance à diriger leur regard vers le sol (Bécu et al., 2017). Ce comportement peut être une stratégie pour minimiser les ressources attentionnelles requises quand la vision est nécessaire à la fois pour explorer l'environnement et pour orienter l'action. Une telle stratégie peut être caractérisée par la dynamique posturale et du regard des seniors au cours de l'apprentissage et de la réorientation dans un nouvel environnement écologique.

18 juin 2018

Kevin Allen (Department of Clinical Neurobiology, Heidelberg University Hospital, Germany)

25 juin 2018

Kielan Yarrow (City University of London, UK)

2 jui 2018

Jessica Tallet (Toulouse NeuroImaging Center)

A la Une

  1. Workshop Cognitive and Motor Functions of the Vestibular System
  2. forum CNRS
  3. Samira Ztaou a obtenu le prix de Thèse de la Société des Neurosciences

    Samira Ztaou a obtenu le prix de Thèse de la Société des Neurosciences pour son travail de doctorat effectué dans l’équipe ‘Cognition et pathophysiologie des ganglions de la base’.

  4. Francesca Sargolini obtient la médaille de bronze du CNRS pour l’année 2017

    Toutes nos félicitations à Francesca Sargolini qui obtient la médaille de bronze du CNRS pour l’année 2017. voir article sur le site de la Fondation Fyssen

  5. [Dans les médias - In the media]Boris Burle explique la vertu des erreurs à Avignon

    Boris Burle est directeur de recherche CNRS, laboratoire de neurosciences cognitives à l'université d'Aix-Marseille. A Avignon où Sciences et Avenir l'a rencontré, il des mécanismes de contrôle cognitif concernant les erreurs