étudier les bases neurales des processus cognitifs, grâce à l’analyse du comportement et de l’activité cérébrale

A la Une

  1. Premier article français sur les "grid cells" dans l'équipe espace

    En 1994, Bruno Poucet et son équipe du Laboratoire de Neurosciences Cognitives à Marseille publiait la première étude française sur les “cellules de lieux” (place cells) de l’hippocampe, le positionnant comme pionnier dans l’étude électrophysiologique des représentations cérébrales de l’espace. Vingt-cinq ans plus tard, en 2019, la même équipe, désormais dirigée par Francesca Sargolini, reste pionnière en France en publiant la première étude française sur les “cellules grilles” (grid cells) du cortex entorhinal dans "Nature Communications". Cette équipe confirme donc sa position de leader dans l’étude des neurones qui constituent le GPS cérébral.

  2. Félicitations à Pierre Bougis pour son article dans Science

    Comment comprendre une des propriétés fondamentales des canaux sodium activés par le voltage à savoir leur l’inactivation rapide après ouverture ? Une étude internationale incluant la société californienne Genentech Inc., les universités d’Oxford, Iowa, Johns Hopkins, Ghent, Aix-Marseille et le CNRS a permis d’en proposer un mécanisme moléculaire en comparant les structures tridimensionnelles obtenues par Cryo-EM d’une forme apo d’un canal sodium et son complexe avec une toxine alpha de venin de scorpion.

  3. Francesca Sargolini obtient la médaille de bronze du CNRS pour l’année 2017

    Toutes nos félicitations à Francesca Sargolini qui obtient la médaille de bronze du CNRS pour l’année 2017. voir article sur le site de la Fondation Fyssen

Vie du laboratoire

Prochains séminaires

28 oct 2019

Monika Harvey (Centre for Cognitive Neuroimaging, School of Psychology, University of Glasgow, Scotland, UK)

Investigating spatial attention changes across the lifespan with EEG and tDCS

Young adults typically display a processing advantage for the left side of space (“pseudoneglect”) but older adults show either no strongly lateralised bias, or a preference towards the right. At present there is very little neuroimaging evidence to show how this change is represented at a neural level, nor is it clear if such age-related changes may be ‘compensated for’ with non-invasive brain stimulation. I will present recent findings from our laboratory showing that pseudoneglect can be reliably measured over different populations/ timescales and tasks, and that its neural correlates shift with age. I will also discuss a possible altering of these spatial biases with transcranial direct current stimulation (tDCS) and a link between pseudoneglect and driving performance across the life span.

4 nov 2019

Jean-Michel Hupé (CerCo, CNRS - Université de Toulouse paul Sabatier)

Quelle (neuro) science à l’ère de l’anthropocène ?

Le réchauffement et les bouleversements climatiques, la sixième extinction des espèces et le dérèglement du système terre ne sont plus des perspectives futures inquiétantes : ces phénomènes ont commencé. Depuis 30 ans que les scientifiques du GIEC sonnent l’alarme, la course folle destructrice suit son cours et même accélère. Tout retard à commencer à ralentir signifie une adaptation à de nouvelles conditions de plus en plus difficiles. Continuer le « business as usual » est suicidaire. Le monde scientifique devrait être le plus conscient et donc le premier à refuser de continuer ses recherches comme si de rien n’était. Qu’est-ce que cela signifie pour les recherches en neurosciences ? Après un bref état des lieux permettant de partager un socle commun d’information, Je vous invite à en discuter sous forme de « débat mouvant », que j’animerai en tant que chercheur en neurosciences ayant arrêté les neurosciences pour me consacrer à l’écologie politique au sein d’un collectif, ‘l’atelier d’écologie politique de Toulouse’ (Atécopol). Je vous proposerai notamment trois questionnements : comment changer ses pratiques afin de diminuer l’impact écologique de ses recherches ? (questionnement non spécifique aux neurosciences). Certaines neurosciences cognitives participent-elles d’une naturalisation du comportement humain poussant à la dépolitisation des enjeux sociaux ? (« nudge » vert d’un côté, « bug » humain de l’autre). Quelle position adopter vis-à-vis de l’intelligence artificielle ?

13 déc 2019

Soutenance de thèse de Sarah Palmis (équipe MuLaW)

16 déc 2019

Soutenance de thèse de Mylène Barbaroux (équipe MuLaW)

20 Jan 2020

Catherine Tallon-Baudry (Laboratoire de Neurosciences Cognitives et Computationnelles, ENS, Université PSL & INSERM, Paris, France)

A venir

Dernières Publications