étudier les bases neurales des processus cognitifs, grâce à l’analyse du comportement et de l’activité cérébrale

A la Une

  1. Premier article français sur les "grid cells" dans l'équipe espace

    En 1994, Bruno Poucet et son équipe du Laboratoire de Neurosciences Cognitives à Marseille publiait la première étude française sur les “cellules de lieux” (place cells) de l’hippocampe, le positionnant comme pionnier dans l’étude électrophysiologique des représentations cérébrales de l’espace. Vingt-cinq ans plus tard, en 2019, la même équipe, désormais dirigée par Francesca Sargolini, reste pionnière en France en publiant la première étude française sur les “cellules grilles” (grid cells) du cortex entorhinal dans "Nature Communications". Cette équipe confirme donc sa position de leader dans l’étude des neurones qui constituent le GPS cérébral.

  2. Félicitations à Pierre Bougis pour son article dans Science

    Comment comprendre une des propriétés fondamentales des canaux sodium activés par le voltage à savoir leur l’inactivation rapide après ouverture ? Une étude internationale incluant la société californienne Genentech Inc., les universités d’Oxford, Iowa, Johns Hopkins, Ghent, Aix-Marseille et le CNRS a permis d’en proposer un mécanisme moléculaire en comparant les structures tridimensionnelles obtenues par Cryo-EM d’une forme apo d’un canal sodium et son complexe avec une toxine alpha de venin de scorpion.

  3. Francesca Sargolini obtient la médaille de bronze du CNRS pour l’année 2017

    Toutes nos félicitations à Francesca Sargolini qui obtient la médaille de bronze du CNRS pour l’année 2017. voir article sur le site de la Fondation Fyssen

Vie du laboratoire

Prochains séminaires

27 Jan 2020

Boris Gralak (Institut Fresnel, Marseille)

Loi de programmation pluriannuelle de la recherche (LPPR) : bilan et échanges sur les documents et les déclarations publics.

3 fév 2020

Jean-Marc Edeline (Institut de Neuroscience Paris-Saclay - NeuroPSI)

Corrélats neuronaux de la perception dans le bruit dans le système auditif : Un réseau distribué de neurones robustes au bruit ?

Depuis quelques années, plusieurs laboratoires ont pointé que les neurones du cortex auditif étaient capables de répondre à des stimuli cibles (comme des vocalisations conspécifiques) même dans un bruit ambiant assez fort (Narayan et al., 2007; Schneider & Woolley, 2013; Carruthers et al., 2015; Ni et al., 2017; Town et al., 2018). Bien que peu d’études aient été réalisées au niveau sous-cortical, la conclusion de ces travaux a souvent été que les neurones corticaux généraient des représentions invariantes du bruit. Notre équipe a testé cette hypothèse en (i) enregistrant depuis le noyau cochléaire jusqu’au cortex auditif secondaire les réponses des neurones à des vocalisations conspécifiques présentées dans un bruit plus ou moins fort et (ii) quantifiant la capacité de discrimination des neurones dans le bruit entre des stimuli acoustiquement proches (4 whistles de cobayes). Le résultat principal est que, quelles que soient les conditions acoustiques (avec ou sans bruit), les capacités de discrimination des neurones sous-corticaux restent toujours plus élevées que celles de neurones corticaux. De plus, la proportion de neurones robustes au bruit est plus importante dans les étages sous-corticaux qu’au niveau cortical.

 

10 fév 2020

Mark Greenlee (Institut de Psychologie, Universität Regensburg, Allemagne)

17 fév 2020

Prof. Michal Wierzchon (Institut of Psychology, Jagiellonian University in Krakow)

A venir

2 mar 2020

Stephan Kroger (Munich Center for Neurosciences, Allemagne)

Altered muscle spindle responses to stretch in murine models of muscular dystrophy.

9 mar 2020

Francis McGlone (Liverpool John Moores University, UK)

Attachment has a Nerve

16 mar 2020

Guillaume Ferreira (Lab Nutrition and Integrative Neurobiology - NutriNeuro, INRA & Bordeaux University)

6 avr 2020

Eléonore Duvelle & Roddy Grieves (Experimental Psychology, UCL, London)

A venir

Dernières Publications